L’ORIGINE DE LA SCOP

L’origine du Messageur tient en 3 mots : un déclic, un défi, une éthique.

Le déclic

La loi de 2005 et les associations

La loi de février 2005 a permis la mise en mouvement des associations de (devenus) sourds et malentendants, pour faire connaître leurs besoins en matière de communication. Dans l’Ouest, des associations départementales ont saisi cette opportunité pour expérimenter des solutions. Deux d’entre elles avaient les ressources professionnelles pour aller plus loin et ont véritablement joué le rôle d’incubateur de la Scop dans sa forme actuelle.

Proposer un service accessible et de qualité

À partir de 2010, Samuel Poulingue avec Nicolas Hervé de l’ADSM Surdi 50 et Jean-Luc Le Goaller de Polycom ont coopéré de manière intense pour proposer un vrai service marchand d’accessibilité adaptée à la surdité et la malentendance. En février 2012, de cette coopération fondée sur une vision commune, est née la Scop Le Messageur. Les associations de devenus sourds et malentendants, propulsées depuis 2005 au rang d’experts de leurs besoins auprès des pouvoirs publics, doivent défendre les intérêts des personnes concernées dans le cadre de la mise en œuvre de la loi. Au sein des instances où leurs représentants siègent désormais, un bon nombre parmi elles font appel au Messageur pour bénéficier de l’accessibilité qu’elles ont elles-mêmes impulsée.

Le défi

Créer un concept répondant spécifiquement aux besoins des (devenus) sourds et malentendants

Penser un service répondant de façon spécifique aux besoins des (devenus) sourds et malentendants prenait donc corps. Ces derniers ont besoin d’une accessibilité adaptée à leur handicap et qu’elle soit reconnue. Ils sont actuellement en train de franchir les étapes que les sourds signants (qui s’expriment en Langue des Signes Française) ont franchies avant eux avec détermination et succès. Leurs troubles sont différents, la réponse l’est aussi. C’est le défi du Messageur ; accompagner les devenus sourds et malentendants vers l’acceptation et la mise en place de solutions d’aide à la communication, les plus ajustées possibles à des situations très diversifiées. Le défi réussi s’est mué en une aventure humaine passionnante dont le ressort est la loi de février 2005 qui revendique l’égalité des chances.

L’éthique

La Scop : un statut en accord avec l’Économie Sociale et Solidaire (ESS)

Le projet du Messageur ne se limite pas à son objet. Attachés aux valeurs de l’ESS, les créateurs ont eu pour objectif d’établir un modèle économique qui saurait concilier un projet professionnel porteur et créateur d’emplois avec la philosophie de l’ESS et ses valeurs participatives. La participation et la coopération sont les clés de voûte de notre fonctionnement. La Scop est la structure juridique la mieux adaptée pour faire vivre nos valeurs en conformité avec l’esprit de l’ESS. La Scop est une Société Coopérative et Participative, soumise au même impératif de profitabilité que toute entreprise. Cependant, dans une Scop, il n’y a pas de spéculation pour créer de l’enrichissement individuel, l’objectif est la pérennité de l’entreprise autour d’un projet économique sociétal fédérateur. 3 ans après son lancement, la Scop comptait 3 salariés à plein temps et 2 collaborateurs à temps partiel.

Qu’est ce qu’une Scop?

La SCOP est une association majoritaire de salariés. Ils doivent détenir au minimum 51% du capital et 65% du droit de vote. Il peut y avoir des associés non salariés qui ne peuvent détenir plus de 49% du capital et 35% du droit de vote. Chaque membre détient une voix dans les décisions, quelle que soit la part de capital détenu.
La répartition des résultats est très encadrée. Une part est affectée dans le projet et les investissements. Une part est affectée aux salariés.

Charte de la diversité

Le Messageur est signataire de la Charte de la diversité.

ces articles peuvent vous intéresser