Le Messageur Fait Partie Des Finalistes Du Handitech Trophy 2021

L’appli Messag’in, parmi les projets finalistes du Handitech Trophy 2021

Nous étions dans les locaux de la BPI à Paris le mardi 5 octobre parmi les finalistes du Handitech Trophy. Chacun devait présenter un pitch, diffusé en vidéo en direct, pour défendre en peu de mots son projet. C’est Yann, chargé de projets innovants au Messageur qui a présenté l’application Messag’in.

Le Handitech Trophy existe depuis 5 ans. Il a été créé pour propulser des projets qui mettent l’innovation technologique au service de l’accessibilité. Pour cette édition 2021, Le Messageur fait partie des 14 finalistes, pour son projet d’application Messag’in, sélectionné parmi 155 projets, dans la catégorie « emploi », soutenue par CGI.

Les finalistes du Handitech Trophy 2021
Les finalistes du Handitech Trophy 2021

Messag’in est une application smartphone qui s’utilise lors de réunions et de conversations pour apporter une accessibilité audio et texte aux participants malentendants. Une combinaison inédite d’outils d’accessibilité qui tiendra dans la poche ! Un premier prototype de l’application a été créé et amélioré grâce aux soutiens de Sopra Steria, de Malakoff Humanis, du CCAH et de Simplon.co. La dernier défi technique à relever est de faire passer la latence sonore en-dessous de 80 millisecondes pour que les utilisateurs de Messag’in puissent simultanément écouter et lire sur les lèvres de leurs interlocuteurs.

Yann s’est adonné à l’art du pitch : il avait seulement 5 minutes pour convaincre son auditoire puis seulement 30 secondes pour l’expliquer en vidéo. Un véritable exercice de style ! D’autant plus que le sujet est complexe. Les besoins d’accessibilité des personnes malentendantes couverts par Messag’in concernent près de 7 millions de personnes mais sont assez peu connus. Il faut donc cerner ce besoin et les enjeux techniques qui permettent d’y répondre. Parler de son. Parler du son quand on est sourd ? Mais les sourds qui utilisent le son portent des appareils auditifs, non ? Alors à quoi sert Messag’in ? C’est la question a laquelle Yann, lui-même concerné par une surdité, s’est attaché à répondre, ici en 30 secondes chrono :

Et la version en 5 minutes :

 

Le sous-titrage n’était visible que pendant le direct. Voici donc la retranscription du pitch en 5 minutes de Yann :

“Bonjour à tous,  

Moi c’est Yann Griset, je suis responsable, chargé de mission autour de l’innovation et je vais vous présenter notre projet qui est Messag’in.  

Alors, avant de parler de cette solution, je vais vous parler de moi, maintenant j’ai 37 ans. Ça fait depuis l’âge de 21 que je suis devenu sourd brutalement, suite à des problèmes de santé. Et là, j’ai découvert le monde du handicap mais aussi toutes les solutions d’accessibilité dont on parle trop peu en France.  Pourtant, il y a à peu près 7 millions de personnes déficientes auditives à différents niveaux, dont 2,5 millions qui sont dans la vie active. 

Ces personnes ont besoin d’accessibilité pour maintenir leur vie sociale, participer à des évènements, à des réunions, travailler dans de bonnes conditions. 

Et c’est pour ça qu’il y a 10 ans, on a créé Le Messageur pour améliorer l’accessibilité pour les personnes déficientes auditives, devenues sourdes et malentendantes. On travaille en lien avec les personnes pour toujours chercher la meilleure solution qui va correspondre à leurs besoins. On cherche les outils : certains qui existent et d’autres qui n’existent pas. Et dans ce cas-là, il faut l’inventer. Parmi les solutions qui existent : la prothèse auditive. Tout le monde la connaît. C’extrêmement utile aux personnes malentendantes. Mais ce qu’on sait, c’est que ce ne sont pas des appareils magiques. Il reste des difficultés lorsque, par exemple, les interlocuteurs sont trop nombreux ou que l’environnement est trop bruyant, voire même les deux ! 

En partant ce constat, on a créé notre premier outil : la Diluz. Une valise sono, transportable, qui va permettre grâce à des micros “bâton de parole” de prendre un son de haute qualité, adapté à la parole et on va l’envoyer et dans la prothèse auditive et à des interprètes de l’écrit qui vont transformer les échanges en une transcription. 

Ça va permettre d’enlever tous les bruits ambiants, les bruits parasites qui gênent la compréhension. Et puis un jour on s’est dit : “tout ça, maintenant, si on le mettait dans un smartphone ?”. Tout simplement parce que les smartphones étaient devenus très performants et qu’on les a toujours sur soi. C’est comme ça qu’est née l’application Messag’in, qui est une solution unique qui va permettre de concentrer l’accessibilité pour ces personnes, que ce soit l’accessibilité sonore, l’accessibilité textuelle mais aussi les outils de régulation de la parole – qui sont extrêmement importants – dans une application. 

Ça marche assez simplement : la personne malentendante va allumer son smartphone, se connecter à la réunion et toutes les personnes autour de la table vont aussi se servir de leurs smartphones pour les transformer en micro. Les micros de tous les smartphones maintenant sont de bonne qualité, captent bien le son.  

Et on va envoyer ce son, dans la prothèse auditive et/ou directement à l’interprète de l’écrit pour qu’il puisse faire la transcription. Au-delà de la technique, il y a d’autres éléments : on va aussi pouvoir gérer la parole. On va prendre la parole, on va la donner de manière à ce que chacun, peu à peu, change sa manière de communiquer et d’échanger de manière à rendre accessible et inclusive la communication en groupe. 

L’application est encore en bêta actuellement. Pourquoi en bêta ? Il faut savoir que le décalage entre ce qu’on voit visuellement et ce qu’on entend doit être extrêmement réduit : 80 millisecondes. Il nous reste un dernier verrou technologique qu’on est en train de lever dans notre dernier développement. On en est à 250 millisecondes. Ça peut paraître ridicule mais essayez de décaler d’un quart de seconde le son d’une vidéo et ça devient incompréhensible. 

Nous notre objectif derrière, c’est qu’on puisse démocratiser les usages, démocratiser ces pratiques d’inclusivité, de communication accessible et de gestion de la parole pour qu’on arrête la débrouille. Les personnes malentendantes aujourd’hui ne connaissent pas l’accessibilité. Trop cher, mal communiqué… On souhaite vraiment que tout un chacun puisse avoir accès dans sa poche à une communication accessible.” 

 

Crédit photos et vidéos : Handitech Trophy

Back To Top